Colloque “Locating Imagination”

Quelques mots sur l’événement scientifique le plus marquant de ma première année de thèse !

Le pont Erasme, Rotterdam (source : Wikimedia Commons , photographie par Massimo Catarinella)

Organisé par des chercheurs de l’université Erasme de Rotterdam (Pays-Bas) du 5 au 7 avril, ce colloque sur le thème de l’imaginaire des lieux tombait particulièrement bien pour ma première année de thèse, car il recoupait exactement mes thèmes de recherche ; c’est un des premiers évènements de cette ampleur consacré à cette niche. Il y était par exemple question de tourisme culturel, de patrimoine et de transmission, de mondes réels et inventés, etc.

Le colloque a duré trois jours, avec un programme très dense, et des communications traitant de sujets aussi divers que le phénomène Pokémon Go, le tourisme carcéral au Texas, la topophilie musicale ou les agences de voyage pour jouets (!) émulées par la pratique du géocaching. Les études culturelles, la littérature et les arts étaient largement représentées, ainsi que des domaines un peu plus exotiques pour moi, comme les Fan Studies ou les études en géomédiatique.

Le parti pris des organisateurs du colloque était de favoriser l’interdisciplinarité, afin de faire émerger une réflexion collective autour du thème de l’imagination qui permette de dépasser les seules études de cas. En littérature plus spécifiquement, un autre défi est d’articuler l’interaction entre le fictionnel et le réel : invitée d’honneur au colloque, Marie-Laure Ryan proposait une tangente aux approches textualistes via la théorie des mondes possibles de Leibnitz. Un doctorant co-organisateur du colloque, Nicky Van Es, abordait plusieurs cas contemporains de tourisme littéraire (par exemple, les pélerinages des fans de Twilight vers des lieux représentés dans les romans) sous un angle sociologique ; donc en s’intéressant plutôt aux motivations des fans.

Par ailleurs, le format de l’évènement permettait d’échanger facilement avec les intervenants ; l’occasion idéale d’avoir des retours sur mon sujet de thèse, et peut-être surtout, à ce stade, de mettre le doigt sur certaines des zones grises qui le rendent encore difficile à présenter. En découvrant de mon côté les travaux d’autres doctorants, j’ai découvert qu’il existait des thèses en écriture créative (surtout dans le monde anglophone), pour lesquelles l’écriture d’une œuvre de fiction est considérée comme une composante à part entière de l’activité de recherche. N’étant pas formée à la recherche en littérature appliquée, si je peux appeler ça comme ça, j’ai employé une bonne partie de mon année à chercher une méthodologie viable pour aborder mon sujet ; et je me demande si une telle approche (“Practice-led research“) permettrait de concilier les parties analytique et créative de ma démarche.

Finalement, me retrouver dans la peau d’une touriste aux Pays-Bas le temps de quelques jours m’a aussi donné l’occasion de poser un regard plus concret sur mon sujet… ne serait-ce que pour me remettre en mémoire tous ces détails qui font pleinement partie de la réalité de l’expérience touristique à l’étranger.


A lire aussi : l’article consacré au colloque par Annemarie de Wildt sur le blog du musée d’Amsterdam.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.