Puisqu’il faut commencer quelque part…

… et que la thèse est la raison d’être de ce blog, voici comme introduction une présentation du projet dans ses grandes lignes.

Illustration_Article1

Autour d’une “mise en tourisme littéraire du territoire Grand-Ouest via le numérique” 

Ce blog de recherche vise à accompagner les développements d’une thèse à l’intersection de la littérature anglophone, du tourisme et de l’édition numérique.

Cette interdisciplinarité découle en fait du volet “développement” propre à la thèse. La recherche menée sur le plan théorique s’articule en effet autour d’un projet concret, qui vise à ébaucher une “mise en tourisme littéraire du territoire Grand-Ouest via le numérique”.

Portée par Angers Tourism Lab, cette étude se propose d’explorer un territoire régional donné (ici la Bretagne et les Pays-de-la-Loire) par le prisme de sa réception en littérature anglophone. Cette démarche tient compte d’une pratique touristique en plein essor : le “tourisme littéraire”.


Le tourisme littéraire, quand l’itinérance s’épelle en toutes lettres

Le tourisme littéraire est une forme spécifique de tourisme culturel. Le déplacement sur un site touristique est alors motivé par les différents ancrages de cet endroit bien réel au regard de l’imaginaire littéraire ; soit qu’on décide de “marcher dans les pas” d’un auteur, soit que l’on cherche à s’immerger dans la réalité d’un lieu ayant inspiré une fiction. On pourra vouloir visiter Prague pour y chercher l’ombre de Kafka, se rendre à Dublin pour reconnaître la ville décrite par Joyce ; comme on pourra tomber nez à nez avec Stevenson et ses îles au trésor en poussant la porte du musée des écrivains d’Edimbourg.

img_2800
Edimbourg étant le berceau de plumes aussi célèbres que Sir Walter Scott, R.L. Stevenson ou Arthur Conan Doyle, la capitale écossaise mise largement sur son capital littéraire pour attirer les touristes.

Les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires, qui touchent un large public, contribuent sensiblement à cette dynamique. Ainsi on peut visiter la “Comté” du Seigneur des Anneaux en Nouvelle-Zélande, où se trouvent une partie des lieux de tournage de la trilogie ; tandis qu’à Oxford, les fans de la saga Harry Potter défilent à longueur d’année parmi les rayons de la Bodleian Library pour y reconnaître la fabuleuse bibliothèque de Poudlard.


Méthodologie

Dans le cadre de cette étude croisée, les avancées en sociologie de la littérature et en sociologie du tourisme seront particulièrement utiles pour mettre en parallèle ces deux formes d’expérience esthétique que sont la lecture (d’une œuvre) et la visite (d’un lieu).

Voici quelques repérages sur la façon dont j’envisage d’exploiter cette approche :

De la théorie…

Depuis les années soixante, les théoriciens de la réception littéraire se sont focalisés sur le rôle du lecteur, faisant valoir qu’une œuvre littéraire ne fait jamais sens indépendamment de l’activité interprétative du destinataire (Umberto Eco, Lector in fabula). Le lecteur n’est jamais neutre, puisqu’il aborde tout texte avec des “horizons d’attente” qui lui sont propres (H.R. Jauss, Pour une esthétique de la réception) ; c’est-à-dire que sa compréhension d’une nouvelle œuvre est filtrée par ses expériences de lecture antérieures. L’œuvre peut correspondre à l’horizon d’attente du lecteur comme elle peut le dépasser, le contredire ou le déjouer ; dans tous les cas, l’écart entre l’horizon d’attente et l’œuvre permet de comprendre ce qui se joue dans la lecture comprise comme expérience esthétique.

D’autre part, le visiteur qui découvre une destination est amené à décrypter cet endroit nouveau suivant une démarche similaire à celle d’un lecteur qui décode un texte. Parce qu’il recherche le dépaysement, le touriste est avant tout un observateur (le stéréotype du touriste qui ne lâche pas son appareil photo est à cet égard révélateur) ; un herméneute constamment à la recherche de signes de cet “ailleurs” qu’il est venu rencontrer. L’existence de ce “regard touristique”, constatée notamment par John Urry dans The Tourist Gaze, permet de définir le touriste comme récepteur actif d’un lieu au même titre que le lecteur est récepteur d’une œuvre littéraire.  Dans le contexte touristique, l’ “horizon d’attente” évoqué par Jauss correspond alors à l’anticipation du voyage, à laquelle vient se confronter la réalité de  l’expérience vécue.

dsc04508
Loin d’être neutre, notre perception de la réalité est influencée par les imaginaires que véhiculent les discours des médias, nos lectures personnelles, les récits de nos proches…

Dans le cas du tourisme littéraire, lecture et visite se trouvent juxtaposées en une même expérience ; c’est pourquoi il semble à propos d’examiner les différentes synergies entre la posture du récepteur-lecteur et celle du récepteur-visiteur. De quelle façon ces deux pratiques se reflètent et s’enrichissent-elles réciproquement ?

…A la pratique :

En vue d’informer la recherche théorique, des expériences terrain sont prévues pour la deuxième année de la thèse. Ces dernières consisteront notamment à mettre en place des circuits littéraires sur des sites spécifiques au sein de la région, ce qui permettra de mener un travail d’enquête centrées sur le “sujet lecteur-visiteur”.

Pour ce faire, ce sont les supports mêmes de la lecture qui sont repensés à travers des expérimentations sur des outils numériques ; et en particulier le livre numérique (ou eBook).


Le numérique comme outil de médiatisation de la lecture et de la visite

Expérimentations sur le livre enrichi avec eZoomBook

Le support que je serai amenée à utiliser et co-développer pour cette étude est une maquette de livre enrichi (eZoomBook) développée par une équipe de chercheurs de Centrale Nantes. Celle-ci est disponible sous forme de templates en open source, téléchargeables sur le blog dédié à l’outil.

eZoomBook ?”

En quelques mots, un e-Zoom-Book est un eBook (livre numérique au format ePub) doté d’une fonction zoom.

Pour en dessiner rapidement le profil au milieu de l’écosystème foisonnant de l’édition numérique, la particularité d’eZoomBook est d’être multi-échelles ; c’est-à-dire que cette fonction “zoom” offre la possibilité de naviguer entre plusieurs niveaux de détail au sein d’un même texte. Tout l’enjeu du travail éditorial est de rendre accessible une œuvre en version abrégée, avec la possibilité de retrouver un extrait (résumé, citation) dans l’œuvre originale à tout moment via un système d’hyperliens :

Note : la plateforme en ligne dont il est question est actuellement à l’état de projet ; alternativement, les eZoomBooks peuvent être créés en important les templates dans le logiciel Sigil (open source)

Initialement conçu à des fins pédagogiques pour accompagner les étudiants dans la découverte d’une œuvre dense ou difficile, ce type d’outil ouvre des perspectives pour le tourisme littéraire à divers égards, un point qui aura l’occasion d’être développé ultérieurement sur ce blog.


En savoir plus sur le projet aplace4U

Dossier de présentation complet disponible sur le site de l’université d’Angers : http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/unites-et-structures-de-recherche/pole-ll-shs/crila/appel-a-candidatures-aplace4u.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.