J.E. “Lieux et littératures dans le domaine anglophone”

Ce samedi 10 juin avait lieu la Journée d’Etude “Lieux et littératures dans le monde anglophone” du laboratoire junior OVALE (Paris Sorbonne).

Rassemblant uniquement des communications en études anglophones, le programme était axé sur les représentations du lieu à travers différents genres littéraires : traitement de l’espace scénique au théâtre, écritures performatives du lieu en poésie, enjeux politiques des mythes associés aux lieux dans les romances impériales, etc. ; avec une temporalité très vaste, puisque les communications ont traité tant des lais bretons moyen-anglais que de la fiction post-coloniale. Si je retiens une chose de cette journée, c’est la diversité de ce qu’englobe la notion de “lieu” : de l’espace extérieur du paysage – landscape – à l’espace psychique intérieur – inscape, sans oublier l’espace du corps ; de l’espace mythique de l’utopie à l’espace scénique de l’hétérotopie ; des enjeux esthétiques en géopoétique aux enjeux de pouvoir autour de conflits territoriaux en géopolitique.

Au-delà de cette diversité, j’ai été interpellée par les deux axes suivants (peut-être appelés par l’inclusion du terme “domaine” dans le titre même de la JE, évocateur de la notion de propriété) :

-des “quêtes” des romances médiévales aux “conquêtes” impériales, il y a toujours une notion d’exploration/expansion, que l’on retrouve de façon inversée, dans l’introspection (mondes intérieurs) ;

-un deuxième axe dégagé serait la conservation des lieux ; quand les textes se font les lieux de mémoire des lieux eux-mêmes.

Dans cette dynamique entre conquête et conservation, on pouvait voir que les lieux n’étaient jamais traversés de façon neutre, mais faisaient l’objet d’une appropriation systématique, tant comme entités physiques que comme représentations symboliques.


Voir le programme de la J.E.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.