Début d’une co-construction de visite littéraire à Angers

Après la période de mise en route de la première année, le premier semestre 2017-2018 est en train de voir se concrétiser plusieurs pistes qui me permettent de délimiter un peu mieux mon sujet ; corpus, terrain et réflexion compris.

Une création de visite a été amorcée en début d’année, en collaboration avec Julie Hénault, une guide conférencière indépendante que je présenterai dans un futur article. Il s’agira d’une visite littéraire d’une partie du centre d’Angers et de la tapisserie de l’Apocalypse exposée au château, qui fait d’ailleurs l’objet d’une exposition cet hiver ; animée par la guide, la balade sera basée sur la lecture d’une nouvelle de Helen Simpson, “Geography Boy” (2010). Nous commençons une campagne de recrutement d’un groupe test avec l’aide de Mandy Torset-Guillet, un contact de la bibliothèque anglophone d’Angers, au mois de janvier. Mes deux collaboratrices débordent d’idées et c’est un plaisir de travailler dans ces conditions !

Pour contextualiser le choix de cette nouvelle de Simpson, il s’agit d’un changement de cap, puisque j’avais initialement prévu de travailler à partir d’une nouvelle de William Thackeray qui parodie l’histoire de Perrault “Barbe Bleue” (dans “Barbazure”, Punch 1847), et que l’on peut (vaguement) cartographier dans la région via une mention à la Loire, qui profile la silhouette d’un avatar de Barbe-Bleue façon Gilles de Rais . L’histoire de l’association entre Barbe Bleue et Gilles de Ris est scabreuse1, mais le personnage avait l’avantage d’être familier de la tradition populaire des deux côtés de la Manche, et de bénéficier d’une réception intéressante en littérature — ici sur un mode burlesque.

J’ai donc réalisé mes prototypes eZoomBook de première année sur ce thème, ayant même reçu l’assistance d’une collègue doctorante américaine pour l’enregistrer sous forme d’audiobook (merci Karla !), mais comme les projets de partenariat n’ont pas abouti, j’ai dû changer mes projets en juin dernier. La nouvelle de Thackeray avait, en particulier, l’avantage non négligeable d’être dans le domaine public, ce qui n’est pas le cas de celle de Simpson. D’ici une hypothétique obtention des droits d’exploitation suite à ma demande, qui commence à dater, je me suis décidée à prendre le risque d’un refus, en utilisant la nouvelle à titre expérimental pour explorer les différents aspects de ma recherche – sur les imaginaires de lieux, ainsi que sur la conception de dispositifs de médiation patrimoniale à travers la fiction.

A ce sujet, la nouvelle de Simpson paraît plus accessible d’emblée à un public contemporain que celle de Thackeray, ce qui devrait faciliter sa réception et notre appropriation du texte. Ainsi, la modernité de l’œuvre permettra d’aborder les réceptions touristique et littéraire du lieu en synchronie plutôt qu’en diachronie, en abordant d’une part les représentations véhiculées par le texte comme l’un des points d’intérêt de la visite, et d’autre part, dans un second mouvement, la valorisation du patrimoine culturel matériel qui figure sur l’itinéraire parcouru par les personnages (le château médiéval, la Tapisserie de l’Apocalypse).

  1. Gilles de Rais est surnommé Barbe Bleue dans la région de Nantes à cause de ses crimes, viols et meurtres d’enfants []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin (1 décembre 2017). Début d’une co-construction de visite littéraire à Angers. aplace4U / Carnet doctinérant. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://aplace4udoc.hypotheses.org/525


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search