Quelques mots sur ma soutenance

C’est l’évènement par excellence qui symbolise la lumière au bout du tunnel… J’ai eu le plaisir de soutenir ma thèse le 15 octobre 2021 à la Maison de la Recherche Germaine Tillion, et d’avoir une discussion passionnante avec un jury d’horizons disciplinaires très variés. Merci, encore une fois, à tous ceux qui ont rendu ce moment possible !

Le Prezi qui accompagnait mon discours liminaire est visible ci-dessous, ou bien en cliquant ici.

Début d’une co-construction de visite littéraire à Angers

Après la période de mise en route de la première année, le premier semestre 2017-2018 est en train de voir se concrétiser plusieurs pistes qui me permettent de délimiter un peu mieux mon sujet ; corpus, terrain et réflexion compris.

Une création de visite a été amorcée en début d’année, en collaboration avec Julie Hénault, une guide conférencière indépendante que je présenterai dans un futur article. Il s’agira d’une visite littéraire d’une partie du centre d’Angers et de la tapisserie de l’Apocalypse exposée au château, qui fait d’ailleurs l’objet d’une exposition cet hiver ; animée par la guide, la balade sera basée sur la lecture d’une nouvelle de Helen Simpson, “Geography Boy” (2010). Continuer la lecture de « Début d’une co-construction de visite littéraire à Angers »

J.E. “Lieux et littératures dans le domaine anglophone”

Ce samedi 10 juin avait lieu la Journée d’Etude “Lieux et littératures dans le monde anglophone” du laboratoire junior OVALE (Paris Sorbonne).

Rassemblant uniquement des communications en études anglophones, le programme était axé sur les représentations du lieu à travers différents genres littéraires : traitement de l’espace scénique au théâtre, écritures performatives du lieu en poésie, enjeux politiques des mythes associés aux lieux dans les romances impériales, etc. ; avec une temporalité très vaste, puisque les communications ont traité tant des lais bretons moyen-anglais que de la fiction post-coloniale. Si je retiens une chose de cette journée, c’est la diversité de ce qu’englobe la notion de “lieu” : de l’espace extérieur du paysage – landscape – à l’espace psychique intérieur – inscape, sans oublier l’espace du corps ; de l’espace mythique de l’utopie à l’espace scénique de l’hétérotopie ; des enjeux esthétiques en géopoétique aux enjeux de pouvoir autour de conflits territoriaux en géopolitique. Continuer la lecture de « J.E. “Lieux et littératures dans le domaine anglophone” »

Colloque “Locating Imagination”

Quelques mots sur l’événement scientifique le plus marquant de ma première année de thèse !

Le pont Erasme, Rotterdam (source : Wikimedia Commons , photographie par Massimo Catarinella)

Organisé par des chercheurs de l’université Erasme de Rotterdam (Pays-Bas) du 5 au 7 avril, ce colloque sur le thème de l’imaginaire des lieux tombait particulièrement bien pour ma première année de thèse, car il recoupait exactement mes thèmes de recherche ; c’est un des premiers évènements de cette ampleur consacré à cette niche. Il y était par exemple question de tourisme culturel, de patrimoine et de transmission, de mondes réels et inventés, etc.

Le colloque a duré trois jours, avec un programme très dense, et des communications traitant de sujets aussi divers que le phénomène Pokémon Go, le tourisme carcéral au Texas, la topophilie musicale ou les agences de voyage pour jouets (!) émulées par la pratique du géocaching. Les études culturelles, la littérature et les arts étaient largement représentées, ainsi que des domaines un peu plus exotiques pour moi, comme les Fan Studies ou les études en géomédiatique.

Le parti pris des organisateurs du colloque était de favoriser l’interdisciplinarité, afin de faire émerger une réflexion collective autour du thème de l’imagination qui permette de dépasser les seules études de cas. En littérature plus spécifiquement, Continuer la lecture de « Colloque “Locating Imagination” »

Puisqu’il faut commencer quelque part…

… et que la thèse est la raison d’être de ce blog, voici comme introduction une présentation du projet dans ses grandes lignes.

Illustration_Article1

Autour d’une “mise en tourisme littéraire du territoire Grand-Ouest via le numérique” 

Ce blog de recherche vise à accompagner les développements d’une thèse à l’intersection de la littérature anglophone, du tourisme et de l’édition numérique.

Cette interdisciplinarité découle en fait du volet “développement” propre à la thèse. La recherche menée sur le plan théorique s’articule en effet autour d’un projet concret, qui vise à ébaucher une “mise en tourisme littéraire du territoire Grand-Ouest via le numérique”.

Portée par Angers Tourism Lab, cette étude se propose d’explorer un territoire régional donné (ici la Bretagne et les Pays-de-la-Loire) par le prisme de sa réception en littérature anglophone. Cette démarche tient compte d’une pratique touristique en plein essor : le “tourisme littéraire”.


Le tourisme littéraire, quand l’itinérance s’épelle en toutes lettres

Le tourisme littéraire est une forme spécifique de tourisme culturel. Le déplacement sur un site touristique est alors motivé par les différents ancrages de cet endroit bien réel au regard de l’imaginaire littéraire ; soit qu’on décide de “marcher dans les pas” d’un auteur, soit que l’on cherche à s’immerger dans la réalité d’un lieu ayant inspiré une fiction. On pourra vouloir visiter Prague pour y chercher l’ombre de Kafka, se rendre à Dublin pour reconnaître la ville décrite par Joyce ; comme on pourra tomber nez à nez avec Stevenson et ses îles au trésor en poussant la porte du musée des écrivains d’Edimbourg.

img_2800
Edimbourg étant le berceau de plumes aussi célèbres que Sir Walter Scott, R.L. Stevenson ou Arthur Conan Doyle, la capitale écossaise mise largement sur son capital littéraire pour attirer les touristes.

Les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires, qui touchent un large public, contribuent sensiblement à cette dynamique. Ainsi on peut visiter la “Comté” du Seigneur des Anneaux en Nouvelle-Zélande, où se trouvent une partie des lieux de tournage de la trilogie ; tandis qu’à Oxford, les fans de la saga Harry Potter défilent à longueur d’année parmi les rayons de la Bodleian Library pour y reconnaître la fabuleuse bibliothèque de Poudlard.


Méthodologie

Dans le cadre de cette étude croisée, les avancées en sociologie de la littérature et en sociologie du tourisme seront particulièrement utiles pour mettre en parallèle ces deux formes d’expérience esthétique que sont la lecture (d’une œuvre) et la visite (d’un lieu).

Continuer la lecture de « Puisqu’il faut commencer quelque part… »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search